Premières lignes #6

Séduite par le rendez-vous hebdomadaire initié par Ma Lecturothèque, je vous livre, chaque semaine, les premières lignes de l’ouvrage dans lequel je suis plongée…

« Je n’ai pas choisi d’être lui. Je n’ai pas désigné Cassiel Roadnight, je ne l’ai pas fait sortir d’une file de personnes qui me ressemblaient comme deux gouttes d’eau. J’ai simplement laissé faire. Je voulais simplement que ce soit vrai. C’est le seul tort que j’ai eu, au début.
J’étais dans un foyer, un centre d’hébergement temporaire pour mômes impossibles, quelque part dans les quartiers est de Londres. J’y étais depuis deux ou trois jours, je venais de la rue, et j’étais entré là, forcé et contraint, car à moitié mort de faim. Les gens du centre essayaient toujours d’avoir prise sur moi. Ils essayaient toujours de trouver qui j’étais.
Je n’allais pas le leur dire ».

Jenny Valentine, La double vie de Cassiel Roadnight, L’Ecole des Loisirs, 2013.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.