Aux grands mots…

les grands remèdes, savant mélange de meuble d’apothicaire et de catalogue de notices de bibliothèque. Deux boîtes à trésors qui m’ont toujours intriguée ou passionnée.

Des tiroirs virtuels pour recenser et mieux classer mes livres en des billets, plus lapidaires et plus organisés. En écho à ce blog, mais aussi à toutes mes lectures passées (fac de lettres, je t’aime).

@shutterstock – photo non libre de droits

Notice #13

Mise en page 1

À la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt.
Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir.
Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien…

Composition

Pierre Lemaitre nous livre un roman d’une grande intensité sur la culpabilité, de celle qui naît au détour d’un événement tragique et gâche une vie toute entière.

Indications

  • Un récit qui donne une grande part à l’introspection, au ressenti.
  • Une analyse psychologique d’une grande profondeur sur la culpabilité (enfantine et adulte).
  • Un récit beau et viscéral, du début jusqu’au dénouement.
  • Une réflexion sur le secret, ses limites et jusqu’où l’on peut protéger et préserver ceux qu’on aime.

Contre-indications

  • Il ne s’agit pas d’un thriller, un a priori qui pourrait décevoir.
  • Un récit d’une certaine lenteur.

Bilan

Parce que la culpabilité est un sentiment universel, l’ouvrage sera notamment conseillé à ceux qui en doutent et se débattent seuls avec elle.

Excipients

#culpabilité #enfance #douleur #famille #secret #tromperie #maternité #éducation

Autres prescriptions

Ma toute petite culture, CarolivreFigures de style … et vous ?

Notice #12

eriksson_ileabsents

On l’appelle le Cauchemar. C’est un lac à l’eau noire et stagnante, quelque part en Suède, dont la légende raconte qu’il est maudit. Au milieu du Cauchemar, il y a un îlot.
Sur cet îlot, Alex et la petite Smilla vont faire une promenade, tandis que Greta les attend dans la barque amarrée au rivage, puis s’endort. À son réveil, la nuit tombe et seuls retentissent au loin les cris lugubres des oiseaux aquatiques. L’homme et la fillette ont disparu. De retour dans le cottage que la petite famille occupe au village, Greta fouille chaque pièce et tente en vain de joindre Alex. En proie à la panique, elle décide de se rendre au commissariat. Seulement, sur place, un policier lui annonce qu’elle n’est pas mariée et n’a jamais eu d’enfants. Qui sont Alex et Smilla ?

Composition

Caroline Eriksson, psychologue de formation entraîne le lecteur dans les tréfonds d’une âme perturbée. Celle de Greta, qui part à la recherche d’Alex et Smilla, prétendument son compagnon et sa fille. Et tout aussi prétendument disparus lors d’une excursion sur un îlot, alors qu’elle les attendait sur le rivage. Dès le début des recherches qu’elle entame, on sent poindre troubles et incohérences. Greta hésite, s’éparpille et semble ne pas prendre la situation avec le sérieux qu’elle mérite. Un comportement qui – le lecteur n’en doute plus – corrobore la culpabilité de la jeune femme. Mais cette culpabilité, bien enfouie, n’est pas forcément celle que l’on pense…

Indications

  • Un thriller psychologique, bref et efficace. Se lit en quelques heures.
  • Un récit qui sonde avec talent les cicatrices psychiques de l’enfance, les effets pervers de la culpabilité et de l’emprise masculine.
  • De nombreux renversements, retournements de situation.

Contre-indications

  • Les méandres des pensées du personnage sont parfois difficiles à suivre
  • La fin, un peu happy (end)

Bilan

Une analyse fine et intéressante de l’emprise (masculine), des mécanismes complexes de la soumission et de la culpabilité, remontant ici à l’enfance.

Excipients

#amour #soumission #culpabilité #enfance #emprise #doute #troublesmentaux #tromperie #maternité #sexualité #perversité #agression

Autres prescriptions

Histoire du soir, Carolivre, CellardoorFigures de style … et vous ?

Notice #11

Un jeune peintre tombe amoureux d’une petite fille déjà morte. Celle-ci décide de grandir le plus vite possible afin de pouvoir répondre à son amour.
Ainsi à chaque rencontre elle se métamorphose pour arriver au plus vite à la jeune fille qu’il pourra aimer.
Une histoire d’amour fou que les surréalistes encensèrent et qui fit l’objet d’une version cinématographique (1948) avec Jennifer Jones dans le rôle de Jennie.

Composition

Le portrait de Jennie est une histoire d’amour hors du monde, hors du temps, un texte empreint de poésie sur l’attachement, le manque, la disparition, mais aussi une réflexion touchante sur l’imagination, la création artistique et le pouvoir ensorcelant de la muse sur l’artiste. Un message intemporel traité avec une attirante singularité.

Indications

  • Une histoire d’amour fantastique et tragique
  • Une réflexion plurielle sur l’art
  • Un texte accessible mais d’une grande poésie

Contre-indications

  • A déconseiller à ceux qui n’apprécient pas la littérature fantastique ?

Bilan

Un ouvrage atypique, dont l’esthétisme et la douceur devraient séduire plus d’un. Pour toutes les âmes sensibles, pour les amoureux de l’art et du beau !

Excipients

#amour #passion #art #enfance #muse #mort #fantastique #surréalisme #deuil #création #imagination #poésie #drame #beau

Autres prescriptions

Figures de style … et vous ?

Notice #10

Wyoming, 1987. Dans une chambre de motel, une jeune femme aux longues tresses afro pointe son fusil de chasse sur la poitrine d’un jeune homme
aux allures de gendre idéal. Elle est fille de junky, il est fils de milliardaire. Ils se sont rencontrés un an plus tôt, de l’autre côté du pays. La passion a viré à l’obsession. Et les saisons ont défilé, aussi vite que les paysages, de New Haven à New York, dans les quatre coins d’une société que la fin des années quatre-vingt électrise. Mais de quelle flamme peuvent bien se consumer ces deux êtres que tout oppose ? Comment se retrouve-t-on en cavale dans le Midwest, le fusil braqué sur le corps de celui qu’on aime ? Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison ?

Composition

Jardine Libaire relève le défi de s’emparer d’un thème des plus ordinaires en littérature – un amour contrarié par les barrières sociales et triomphant (ou presque) – et d’en proposer une déclinaison moderne, au fil d’une plume imaginative, dure, sensuelle, crue. De celles qui traduisent les passions endiablées, les attachements torturés, mais aussi le respect de l’autre dans sa différence.

Indications

  • Une passion endiablée, moderne, sensuelle, vraie
  • Une réflexion subtile sur le monde des conventions, les barrières sociales, familiales, affectives…
  • Personnages dotés d’une réelle profondeur psychologique
  • Une histoire d’amour qui ne tombe pas dans l’écueil du romantisme mièvre ou de l’érotisme banal
  • Un style travaillé, un texte qu’on lâche difficilement

Contre-indications

  • Cru, parfois sulfureux (sans vulgarité)

Bilan

Pour (re)trouver foi en l’amour vrai, pour dépasser les conventions et autres préjugés.

Excipients

#amour #passion #sexe #société #culture #drogue #banlieue #famille #ville #préjugés #maladie mentale #mort #vie

Autres prescriptions

CarolivreFigures de style … et vous ?

Notice #9

Elle a tout vu, mais faut-il la croire ? Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bêtabloquants et de vieux polars
en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russell – un père, une mère et un adorable ado –, qui vient d’emménager en face.
Un soir, Anna est témoin d’un crime.
Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison ?

Composition

Un thriller divertissant qui ne renouvelle pas les règles du genre, mais propose une vision intéressante – et originale ? – du thème de l’agoraphobie. Le tout sur un fond riche de références cinématographiques, probables clés d’interprétation du texte.

Indications

  • Un pavé qui se lit avec une grande facilité, des chapitres courts, un style efficace
  • Une réflexion sérieuse sur l’agoraphobie, ses causes et conséquences
  • Un personnage féminin touchant, à la psychologie poussée, notamment dans son travail de deuil

Contre-indications

  • Des ficelles peu originales
  • Des renversements prévisibles et une fin attendue
  • Un contexte culturel qui peut rebuter les non passionnés
  • Quelques longueurs

Bilan

Un texte qui sous la fiction n’en aborde pas moins des sujets aussi sérieux que l’agoraphobie (et son issue possible), le travail de deuil, la pédopsychiatrie

Excipients

#agoraphobie #deuil #enfant #famille #cinéma #film #alcoolisme #voyeurisme  #voisinage #solitude #adolescent #web

Autres prescriptions

Livr’envieConduite en état livresque, Léa Touch Book, Ju lit les MotsFigures de style … et vous ?

Notice #8

Memphis, 1939. Par une nuit pluvieuse, Rill Foss, douze ans, et ses quatre frère et sœurs sont enlevés par des inconnus. Emmenés loin de la péniche familiale
et des bords du Mississippi, jetés dans un orphelinat, les enfants réalisent bien vite qu’ils ne reverront plus leurs parents. La mystérieuse Société des foyers d’accueil du Tennessee vient de sceller leur sort à tout jamais.

Caroline du Sud, de nos jours. Avery Stafford, jeune avocate épanouie à qui tout semble sourire, est de retour dans la ville de son enfance. Lors d’une visite à sa grand-mère, cette dernière tient un discours étrange qui remet en cause toutes ses certitudes. Quelle est vraiment l’histoire de sa famille ? D’où vient-elle ?

Composition

En alternant, puis croisant, présent et passé de ses personnages, Lisa Wingate mène une enquête haletante aux côtés d’Avery Stafford, jeune avocate bien décidée à dénouer les secrets familiaux et à renoncer aux carcans d’une vie qu’elle n’a pas choisie. L’occasion d’évoquer aussi le scandale de la Société des foyers d’accueil du Tennessee et les épreuves qu’ont traversées des enfants arrachés à leur famille biologique pour être placés dans des foyers aisés – pour ne pas dire vendus à plus offrant.

Indications

  • Un texte d’une grande fluidité, dont on se détache difficilement
  • Alternance passé/présent au fil des chapitres
  • Même s’il ne s’agit pas d’un thriller : une enquête haletante et pleine de surprises
  • Histoire tragique, émouvante, prenante, basée sur des faits historiques
  • Des personnages d’une grande profondeur, qu’on n’oublie pas de sitôt
  • Une belle ode à l’amour filial et fraternel

Contre-indications

  • RAS

Bilan

Juste pour le bonheur de lire un récit enrichissant mais jamais pontifiant, émouvant mais jamais larmoyant, rempli d’amour, mais sans aucune mièvrerie. Pour garder espoir malgré la séparation et les épreuves, pour croire à la profondeur des liens familiaux. 

Excipients

#adoption #séparation #famille #sœur #frère #liens #fraternité #amour #foyers #seniors #politique #histoire #secret #enfance

Autres prescriptions

Des livres et des books, Page après pageFigures de style … et vous ?

Notice #7

« Le chat… Quel animal mystérieux que celui-là ! ». Vous êtes-vous déjà demandé quelles pensées secrètes fleurissent derrière leurs yeux envoûtants ?
Quelles idées farfelues leur passent par la tête ? Ou bien s’ils vivent des aventures extraordinaires lorsque vous avez le dos tourné ?

Composition

Dans cet album raffiné, quinze poèmes rimés et illustrés et autant de portraits de chats, du gouttière au plus « racé », du plus sage au plus rusé, du plus séducteur au plus vindicatif, du contemplatif au mélomane. Et la preuve pour vous, amateurs de la race féline, que les matous ont un vrai caractère et une sacrée psychologie : ils songent, ils observent, ils méditent, ils fomentent. Ils ont des rêves, des aspirations, des grandes et petites manies, des pensées plus ou moins profondes et parfois bien du mal à vous cerner !

Indications

  • Pour les amoureux des chats par des fins connaisseurs des félins
  • Tendre, malicieux, humoristique
  • Style poétique et littéraire accessible
  • Superbe approche graphique, subtile et amusante
  • Index encyclopédique illustré

Contre-indications

  • Textes et style poétique parfois un peu superficiels

Bilan

Pour tous ceux qui ne souffrent pas d’allergie à la race féline et davantage encore pour ceux qui croient en la ronron-thérapie !

Excipients

#animal #chat #félin #art #illustrations #psychologie animale #poésie #poème #rime #index #encyclopédie

Autres prescriptions

Pretty Books, La Tête en claire, BettieRose books, Livresse des motsFigures de style … et vous ?

Notice #6

Pierre-François Chaumont, brillant avocat parisien, est collectionneur depuis l’enfance.
Un matin qu’il déambule dans les salles d’exposition de l’hôtel Drouot, il se retrouve nez à nez avec un portrait du XVIIIe siècle. Stupéfaction : le visage de l’homme en perruque poudrée, c’est le sien ! Pulvérisant les enchères, Pierre-François rapporte l’étrange tableau chez lui. Mais le mystère tourne rapidement à la paranoïa car ni sa femme ni ses proches ne remarquent la ressemblance. Pierre-François serait-il devenu et de la fugue fou ?

Composition

Le premier des romans d’Antoine Laurain interroge le thème de l’identité, de l’imposture et de la fugue, avec brio et humour. Le style est pêchu, littéraire – avec une maîtrise parfaite de la métaphore – sans jamais être maniéré, un brin cynique, plein d’esprit. Quant au propos, on ne peut qu’en admirer la clairvoyante honnêteté : un regard désabusé sur nos vies.

Indications

  • Incursion dans le milieu des collectionneurs, des enchères et de l’art
  • Aborde le thème de la disparition
  • Concis et efficace
  • Plume fine et acérée
  • Ironie, humour, parler franc

Contre-indications

  • RAS

Bilan

Pour tous ceux qui souffrent de troubles de la personnalité, qu’on pense atteints de folie ou qui aimeraient tout simplement changer de vie, fuir… loin.

Excipients

#art #collections #tableau #amour #imposture #roses #château #bourgogne #psychologie #tromperies #bonheur#portrait #folie #Drouot #enchères #disparition #fugue #paranoïa

Autres prescriptions

Lecture/écritureArc-en-cielFigures de style … et vous ?

Notice #5

Elsa Préau est une retraitée bien ordinaire. De ces vieilles dames trop seules et qui s’ennuient tellement – surtout le dimanche – qu’elles finissent par observer ce qui se passe chez leurs voisins.
Elsa, justement, connaît tout des habitudes de la famille qui vient de s’installer à côté de chez elle. Et très vite, elle est persuadée que quelque chose ne va pas. Les deux enfants ont beau être en parfaite santé, un autre petit garçon apparaît de temps en temps – triste, maigre, visiblement maltraité. Un enfant qui semble l’appeler à l’aide. Un enfant qui lui en rappelle un autre… Armée de son courage et de ses certitudes, Elsa n’a plus qu’une obsession : aider ce petit garçon qui n’apparaît ni dans le registre de l’école, ni dans le livret de famille des voisins. Mais que peut-elle contre les services sociaux et la police qui lui affirment que cet enfant n’existe pas ? Et qui est vraiment Elsa Préau ? Une dame âgée qui n’a plus toute sa tête ? Une grand-mère souffrant de solitude comme le croit son fils ? Ou une femme lucide qui saura croire à ce qu’elle voit…

Composition

Un très beau thriller psychologique qui se construit en douceur et avec finesse au fil d’un portrait résolument touchant. Un roman qui aborde des sujets préoccupants sans verser dans le pathos.

Indications

  • Sujets forts : maltraitance, folie, solitude, grand âge
  • Thriller modéré, pas de sang, pas de crime
  • Personnages complexes, attachants, bienveillants
  • Enquêtrice malgré elle
  • Ecriture fluide, constriction bien pensée

Contre-indications

  • Lent
  • Peu de rebondissements

Bilan

A recommander à ceux qui voudraient lire un thriller « light », sans crime, ni hémoglobine et aiment se plonger dans la psychologie d’un personnage atypique. Une bonne dose d’humanité. Bon pour le moral !

Excipients

#thriller #psychologie #vieillesse #folie #senior #enfance #maltraitance #solitude #humanité #cailloux

Autres prescriptions

Conduite en état livresque, Mon univers du polar…, Mot-à-motsFigures de style … et vous ?

Notice #4

Faire soi-même sa baguette, son fromage, sa bière, c’est possible ? Avec des ingrédients ordinaires et sans matériel particulier ? Du yaourt sans yaourtière ?

Oui. C’est même assez facile. Et économique. Et drôle !
40 recettes. De la moutarde à l’hydromel, en passant par le ketchup, le lait de coco ou les barres céréales du goûter. Y compris des produits auxquels vous n’auriez peut-être pas pensé, comme le chewing-gum, le kéfir ou les croquettes pour chat.

Du rêve à la réalité, un seul mot d’ordre : YAPLUKA !

Composition

Cuisine : tout faire soi-même tient réellement ses promesses en matière de propositions variées et nombreuses : yaourts pain, bonbons, épices, bière, beurre, similinutella, hydromel…  et même les croquettes pour le chat ! On apprend réellement à tout faire de ses petites mains et – si l’on en croit les très belles photos et la mise en page superbement originale –  c’est aussi bon que beau. J’ai été conquise par l’originalité des recettes, les touches d’humour, les ingrédients choisis et aussi les différents niveaux de difficulté

Indications

  • Volonté de manger mieux, plus sain
  • Variété et originalité des recettes, des ingrédients…
  • Niveaux de difficulté
  • Touches d’humour, graphismes sympathiques, belles photos

Contre-indications

  • Livre trop bref (c’est un compliment)

Bilan

Un livre de cuisine à recommander à tous ceux qui essayent de manger mieux, plus sain, moins industriel, tout en faisant des économies. Et qui cherchent à faire cela tout en conservant la notion de plaisir… et notamment celui de feuilleter un livre de cuisine sympathique et appétissant.

Excipients

#vie pratique #cuisine #homemade #fait maison #recettes #ingrédients #simplicité #sain #économie

Autres prescriptions

Figures de style … et vous ?

Notice #3

En ce premier matin d’hiver, un petit oiseau est seul, immobile, dans le froid. Un autre oiseau vient se poser près de lui, le réchauffe de son chant l’encourage à voler, puis l’accompagne un moment dans sa découverte du monde et de la vie…

Composition

L’ensemble des illustrations qui composent cet album sont dans l’esprit de l’image de couverture : de larges aplats, peu de détails, des couleurs froides – un camaïeu de gris et de beige – avec pour seule exception le ventre rouge des deux oiseaux qui attire spontanément le regard du spectateur. Une atmosphère relativement sombre, peut-être un peu triste ou grave, mais qui symbolise parfaitement la curiosité inquiète du petit oiseau qui découvre le monde. Aux images épurées correspond un texte lapidaire, mais qui n’en est pas moins évocateur, symbolique et touchant.

Indications

  • Un album très esthétique, artistique qui n’est pas sans rappeler les estampes japonaises
  • Un texte symbolique qui aborde des questions enfantines essentielles

Contre-indications

  • Un texte concis et un thème sérieux, à lire de préférence avec un adulte

Bilan

Un bel album qui évoque avec finesse la question de la séparation et de l’autonomie. Préconisé tout particulièrement pour les enfants un peu inquiets, qui expriment leur peur de grandir.

Excipients

#contemporain #séparation #amitié #envol #découverte #accompagnement #oiseau #apprentissage #grandir #enfance #autonomie #deuil

Autres prescriptions

Figures de style … et vous ?

Notice #2

Sandrelchambremerveilles_250

Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement.
Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet. Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie.
Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait. Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Composition

Pour encourager Louis à sortir du coma dans lequel il se trouve suite à un accident, Thelma va vivre les rêves de son enfant par procuration. La voilà qui arpente Tokyo, Budapest, Notting Hill, qui navigue entre karaoké, techno party et Color Run, tape un bœuf avec Maître Gims et se met au foot. Des rêves d’ado un peu fous qui se transforment en quête de soi et de sens et font toucher l’essentiel à cette jeune quarantenaire – famille, maternité, amour et bonheur jusqu’alors sacrifiés sur l’autel de la vie professionnelle. Une épreuve et un challenge qui lui ouvriront de nouveaux horizons. Si Louis se réveille, c’est une autre femme et une autre mère qu’il aura à découvrir. Un récit juste et rempli d’émotion, sans pathos, ni larmoiement. Simplement beau.

Indications

  • Thèmes universels traités avec talent : famille, maternité, amour, sens…
  • Roman construit, style enlevé
  • Titres accrocheurs, références culturelles
  • Emotions garanties

Contre-indications

  • L’happy-end, quelque peu prévisible.

Bilan

Bien mieux écrit, construit et riche qu’un roman feel-good. Mais l’effet est là. A prendre à grandes doses pour se sentir simplement bien, ému, touché et reprendre confiance en soi et en la vie.

Excipients

#contemporain #maternité #amour #famille #coma #accident #rêve #feel-good #émotion #sens #bonheur #vie #expérience #challenge #adolescence #travail

Autres prescriptions

Figures de style – Pretty BooksAu fil des livres – Mademoiselle Maeve lit des livres… et vous ?

Notice #1

Barclaycellesavaittrop_250

Pour arrondir ses fins de mois, Keisha Ceylon a eu LA bonne idée : troquer ses balais de femme de ménage contre une boule de cristal.
Entre thème astral et marc de café, elle s’est fait une spécialité : faits divers et disparitions. Cinq mille dollars contre l’espoir de retrouver un être cher : certaines familles sont prêtes à tout. Et justement, Wendell Garfield est sans nouvelles de sa femme Ellie, volatilisée à la sortie du supermarché une semaine plus tôt. Aucun indice, la police piétine. La presse est en émoi. Wendell et sa fille sont affolés : l’heure est idéale pour l’arnaqueuse qui se prépare à livrer sa plus belle, sa plus troublante, sa plus dangereuse vision… Car, sans le savoir, la fausse voyante vient de frôler de très près une vérité meurtrière. Et de réveiller les instincts d’un tueur en liberté…

Composition

Keisha Ceylon, « Médium, chercheuse d’âme perdues » comme l’indique sa carte de visite, n’est pas une inconnue pour les lecteurs de Barclay puisqu’elle a déjà fait une brève apparition dans Cette Nuit-là. La jeune femme, prétendument douée de visions, approche des personnes fragilisées – en quête notamment d’un parent disparu – proposant de faire avancer leurs recherches ou de favoriser leurs contacts avec l’au-delà. Moyennant finance, cela va de soit. C’est néanmoins en cherchant à escroquer Wendell Garfield, sous le coup de la disparition inexpliquée de son épouse, que Keisha a pour la première fois une intuition qui s’avère proche de la vérité… Une révélation qui la met aussi en grand danger, tour à tour victime d’un meurtrier et coupable d’un assassinat. Telle est prise qui croyait prendre ? Ce serait mal apprécier les capacités de la voyante, aussi retorse que dangereuse. Et celles de Barclay à dérouter son lecteur au fil des rebondissements ! Un thriller captivant, l’humour en prime.

Indications

  • Intrigue captivante
  • Retournements de situations et autres péripéties
  • Touches d’humour
  • Ecriture fluide et intrigue prenante

Contre-indications

  • Brièveté
  • Manque de consistance
  • Moins haletant que les précédents opus

Bilan

Ce roman est recommandé en cas de manque de dynamisme et d’adrénaline, de baisse de moral, de tendance à l’incrédulité ou de défaut d’intuition.

Excipients

#contemporain  #divination #escroquerie #humour #médium #meurtre #thrillerpsychologique #voyance

Autres prescriptions

Figures de styleLes petites lectures de MaudLe Blog de ma fabrique de polars … et vous ?