Vite dit #1


Quelques longueurs mises à part, j’ai réellement pris plaisir à descendre dans les profondeurs de Silo. Une première immersion réussie pour moi dans la S.F. même si j’ai eu parfois quelques difficultés à me représenter (mentalement) un univers qui souvent m’échappait, malgré la précision et le réalisme des descriptions.

Inventif. Préoccupant. Harassant.

Hugh Howey, Silo, Actes sud, 2012, ♥♥♥♥

Premières lignes #1

Séduite par le rendez-vous hebdomadaire initié par Ma Lecturothèque, je vous livre, chaque semaine, les premières lignes de l’ouvrage dans lequel je suis plongée…

« Les enfants jouaient pendant qu’Holston montait vers sa mort ; il les entendait crier comme seuls crient les enfants heureux. Alors que leurs courses folles tonnaient au-dessus de lui, Holston prenait son temps, et chacun de ses pas se faisait pesant, méthodique, tandis qu’il tournait dans le colimaçon, ses vieilles bottes sonnant contre les marches.
Les marches, comme les bottes de son père, présentaient des signes d’usure. La peinture n’y tenait que par maigres écailles, surtout dans les coins et sur l’envers, où elle était hors d’atteinte. Le va-et-vient ailleurs dans l’escalier faisait frémir de petits nuages de poussière. Holston sentait les vibrations dans la rampe luisante, polie jusqu’au métal. Ça l’avait toujours ébahi : comment des siècles de paumes nues et de semelles traînantes pouvaient éroder l’acier massif. Une molécule après l’autre, supposait-il. Peut-être que chaque vie en effaçait une couche pendant que le silo, lui, effaçait cette vie […] ».

Hugh Howey, Silo, Actes sud, 2013.